Lustrage de la carrosserie ... et autres travaux

 

 

05/05/17 11/03/18 15/03/18 18/03/18 21/03/18 24/03/18 25/03/18 28/03/18 30/03/18 02/04/18 04/04/18 05/04/18 11/04/18 12/04/18 15/04/18 19/04/18 20/04/18 21/04/18 22/04/18 23/04/18 24/04/18 26/04/18 27/04/18 28/04/18 30/04/18 01/05/18 07/05/18 13/05/18 14/05/18 01/06/18

 

Dimanche 16 mars 2014

Lors de la restauration de la voiture début des années 90, j'avais d'abord appliqué une bonne couche d'apprêt polyuréthane sur la carrosserie sablée/zinguée, puis utilisé de l'apprêt cellulosique (très facile à appliquer). J'aurais dû terminer par une dernière couche du premier apprêt avant la peinture noire finale polyuréthane, car celle-ci a fait remonter les traces de ponçage dans le cellulosique (pourtant réalisé au 600), et provoqué quelques réactions. Rien de catastrophique, le carrossier avait bien fait son boulot, la peinture apparaissait belle de loin , mais de près on voyait bien ces défauts, plus quelques inévitables poussières. Je m'en suis contenté durant 20 ans, mais après tous les lavages sans trop de précaution durant cette période, la peinture ne présente plus trop bien, surtout en plein soleil (agrandir la photo) : .

J'avais fait quelques essais de ponçage/lustrage sur l'aile avant gauche en 2011, mais à la main c'est un vrai travail de malade pour polir, et j'en étais resté paresseusement là ... Lors de la bourse d'Anvers du 2 mars, j'ai trouvé en promo une polisseuse de qualité avec un kit de produits haut de gamme ...

Déballage, c'est du costaud, l'engin pèse plus de 5 kg !

Les produits fournis dans la promo :

J'ai déjà le kit complet de chez Belles anciennes, on verra ce qui donne le meilleur résultat ...

Difficile de photographier les défauts dans le garage , même de près :

Je fais un premier essai avec la pâte à gros grain, mais c'est insuffisant pour enlever tous les défauts.

Rien à faire, il faut dépolir à l'eau au 1500, puis enlever les griffes laissées par le 1500 au 2000, puis même chose au 3000. Ensuite effectivement, le polissage à la machine donne un aspect "poli miroir", mais je me suis lancé dans un sacré boulot, et je ne suis pas sorti de l'auberge ... Sans compter qu'il faudra terminer avec la cire de protection !

 

Vendredi 5 mai 2017

Eh oui, plus de trois ans que je ne me suis plus occupé de cette carrosserie, à part quelques lavages de temps à autre ... C'est dire à quel point j'apprécie ce genre de boulot !

Je vais donc terminer cette aile avant gauche déjà entamée en 2011. Entretemps la peinture s'est reternie (et elle est pleine d'insectes récoltés lors de notre deuxième sortie de l'année- la première étant à l'occasion de notre mariage ...) , et après rinçage je la ponce à nouveau au 3000 pour éliminer (presque) tous les derniers défauts : .

Ensuite long tavail de polissage à la machine avec le kit acheté en 2014, gros grain, puis grain fin, et cire protectrice pour terminer :

Et le résultat est enfin là : , un vrai miroir ...

Comparaison de la gauche et de la droite non traitée : . Repose du phare, c'est nettement plus joli : .

Bon, "plus que" ... tout le reste à faire, en essayant de ne plus attendre trois ans ...

 

Dimanche 11 mars 2018

 

Aujourd'hui je retrousse mes manches ! Le printemps approche, et avec lui les sorties. Je n'ai toujours pas poursuivi le lustrage de la carrosserie, mais il y a plus important : la charnière du demi capot gauche a cédé à l'arrière, fragilisée par l'oxydation dans sa vie antérieure. Toute la voiture avait été sablée et galvanisée en mars 1991, et le demi capot gauche en étaient sorti avec de petits trous dans le fond de la charnière. Je ne m'en était pas inquiété puisque c'est invisible, mais après 26 ans de bons et loyaux services cela a cédé sous la poussée du "bras de bloquage de dispositif d'arrêt" (la béquille pour faire plus simple) qui maintient le capot ouvert et exerce à cet endroit un effort important (d'où le renfort soudé). Là le capot ne tient plus ouvert, et la charnière risque de continuer à se déchirer.

Je commence par décaper très soigneusement l'objet du délit, on voit bien l'angle parfaitement coupé :

Vu l'épaisseur de tôle qui reste, une soudure semble quasiment impossible (sauf pour PhilTrac35 qui découperait tout cela pour remplacer par du neuf, mais je n'ai pas ses talents). J'envisageais donc l'achat d'un demi capot "nu", mais je n'ai trouvé que des capots entiers qui nécessiteraient aussi pas mal de boulot de décapage et de peinture ...

Je vais donc tenter une brasure (cela chauffe moins) avec un petit bec sur mon vieil Oxypack 3000, on verra bien ... et finalement ça fonctionne, j'ai réussi à ne pas fondre le peu de tôle qui restait : . Pas ravissant, mais cela ne se voit pas beaucoup !

Poursuivant sur ma lancée, j'en ptofite pour boucher les quelques petits trous : et je renforce l'assemblage capot/renfort : .

Je pense que cela tiendra, mais bien évidemment il faut refaire la peinture côté face, elle n'a pas apprécié le traitement, mais c'était prévu ! A suivre ...


Jeudi 15 mars 2018

 

Séance de planage (la tôle du capot s'était légèrement déformée sous la chaleur lors des brasures) et ponçage. Malgré les apparences, cela ne représente qu'une surface correspondant à la tôle de renfort intéreure : .

Un peu de mastic de finition (à poncer demain quand il sera bien dur) :

La voiture est protégée, tout ça fait énormément de poussière :

 

Dimanche 18 mars 2018

 

Ponçage à la ponceuse vibrante de la dernière fine couche de mastic, jusqu'à voir apparaître la tôle :

Prochaine étape, traitement de la face intérieure, apprêt garnissant avant peinture et lustrage ...

 

Mercredi 21 mars 2018

 

Quelques réparations aussi sur le demi capot droit, dont la peinture s'est écaillée au niveau de la charnière ...

 

Samedi 24 mars 2018

 

Enlèvement du tape sur le capot droit afin de faire un léger ponçage au 400 à l'eau : , et prêt pour une couche de primaire : ,

suivi d'une première couche d'apprêt garnissant :

Traitement de l'intérieur du capot gauche au primaire galvanisant : , une couche d'anti gravillon pour la "finition" : , et un peu de peinture noire pour terminer ...

 

Dimanche 25 mars 2018

 

Capot gauche poncé au 400 à l'eau : , couche de primaire galvanisant (pour les zones où le métal est à nu !) : , et plusieurs couches d'apprêt garnissant sur les deux capots :

 

Mercredi 28 mars 2018

En mars 2016, j'avais fait une petite réparation au coin inférieur droit de l'encadrement du spider où une petite fissure était apparue. Comme me l'a dit un jour Nico Michon qui en connaît un sacré bout : "c'est la preuve que c'est un authentique, il n'y a que les répliques qui ne fissurent pas", ce qui m'avait fait bien plaisir ... J'ai bêtement oublié de faire des photos de ce travail, mais j'avais évidemment dû faire une assez large retouche de peinture. N'ayant à ce moment que de la simple peinture noire en bombe "produit blanc" du Brico, j'avais poncé et poli la réparation qui était parfaitement invisible, mais je craignais pour cette peinture peu résistante aux hydrocarbures (et qui se dilue très -trop - facilement à l'acétone). J'ai donc reponcé la retouche, et passé une fine couche de vernis bi-composant avec durcisseur (marque Colormatic , très efficace ...).

Ma technique : je ponce (et masque ensuite) un peu plus large que la retouche à faire, et je ne vaporise le vernis (ou la peinture) que là où c'est nécessaire, la périphérie ne reçoit donc qu'un fin brouillard qui ne fait pas un "escalier" le long du tape. Il "suffit" ensuite de poncer normalement au centre, et plus légèrement aux bords pour que la retouche soit insensible au toucher. Et ensuite repolir largement ...

Même technique pour les capots, mais là j'ai utilisé de la peinture noire bi-composant de la même marque :

On voit l'entourage poncé : , et ensuite peinture normale au centre, et brouillard en périphérie :

 

Vendredi 30 mars 2018

Après une bonne journée pour laisser durcir la peinture, premier ponçage au 600 à l'eau (les différences de teinte dues à la différence de matière disparaissent - heureusement ! - au polissage) :

 

 

Lundi 2 avril 2018

Aujourd'hui j'attaque le ponçage à étapes : 600, 1500, 2000 et 3000. C'est vraiment un boulot épouvantable, surtout quand après un premier polissage avec la belle machine Ferm AGM1037 : on s'aperçoit qu'il reste encore des défauts, et qu'il faut reprendre le ponçage à partir du 1500 ... l'enfer pour moi ! Ces petits défauts (micro-rayures) sont presque invisibles à 30 cm, mais tant qu'à faire un boulot, autant le faire bien, même si cette voiture est faite pour rouler et pas pour rester à l'abri dans le garage ...

Ca commence à venir ...

 

Mercredi 4 avril 2018

Poursuite du boulot : ponçage des derniers défauts sur la partie avant du capot (2000 et 3000) : , et polissage du dessus du capot gauche (gros grain, Autoglym appelle cela "stage 1") :

Fini (pour l'instant) pour le dessus, je passe au côté, toujours 600, 1500, 2000 et 3000. : .

Polissage :

J'ignore si cela existe, mais ce serait bien utile que je trouve des disques en mousse pour mon Dremel afin de polir les entourages de poignées, sinon je ferai cela manuellement.

Je ferai le second polissage (au grain fin "stage 2") avec les capots remontés sur la voiture.

Petites photos en extérieur pour voir le résultat en lumière naturelle, ce n'est déjà pas trop mal :

 

Jeudi 5 avril 2018

Peu travaillé aujourd'hui, pour cause de petites courses : disques mousses de polissage (j'ai "achevé" le disque "gros grain" hier), ouate, pinceau à retouche etc.

Nettoyage de l'intérieur du capot gauche : , retouches sur les tranches :

Repose du capot, et pour me motiver, photos. Sans flash : , et avec flash :

 

Mercredi 11 avril 2018

Au tour du capot droit :

Ponçage :

Polissage :

 

Jeudi 12 avril 2018

Repose du capot droit, ainsi je ne risque pas de les amocher en les laissant traîner dans le garage ...

Et avec ma réparation, ils tiennent maintenant ouverts de manière symétrique ... L'aile droite non encore poncée-polie fait tache, ainsi que la calandre, mais ce sera pour plus tard :

Je vais poursuivre par l'arrière de la voiture, donc dégarnissage : plaque, pare-chocs et ses supports, marchepied d'aile droite ...

Là, Alain va encore se fâcher (mais c'est quasiment invisible) :

Suppression des vilains embouts, et gaine thermorétractable (mais je n'en ai plus en rouge du bon diamètre ...) :

Il y a aussi la housse à traîter, et je vais devoir décoller le joli autocollant Citroën offert par Pascal ... :

Je vais peindre en noir le support de marchepied qui était déjà chromé (par le précédent propriétaire Aude Bagoé ) lors de l'achat de la voiture :

C'est assez joli dépouillé comme cela, et me fait penser à un célèbre 11AL35 (dommage que je n'en ai pas de photo de l'arrière avec ses ailes ... Philippe, si tu en as ) :

 

Dimanche 15 avril 2018

Petit changement de technique : je ne commence plus avec du 600, car (comme expliqué plus haut) les griffes qu'il cause dans la peinture, invisibles à l'oeil jusqu'au ponçage au 3000, ressortent lors du polissage, ce qui est vraiment décourageant car il faut alors recommencer au 1500 ... Je débute donc le ponçage directement au 1500, c'est plus long pour faire disparaître la (légère) peau d'orange et les traces de ponçage de l'apprêt de 93 visibles dans la peinture noire, mais c'est meilleur pour le moral lors du polissage !

Ici le côté gauche est ponçé au 1500, 2000 et 3000, le droit "seulement" jusqu'au 2000 : , et ici les deux côtés sont poncés au 3000 :

(qui a dit au fond de la salle : " le support de roue n'est pas ponçé ?" Eh bien non, vu ce qu'on le voit et n'ayant jamais subi les affres de la pollution et des lavages peu soigneux, il restera comme cela, na !)

 

Polissage au gros grain de l'arrière gauche, c'est nettement mieux qu'avant tout ce turbin (même si cela ne saute pas aux yeux en photo), la peinture est maintenant lisse et (presque) sans défaut : . Les derniers devraient disparaître lors du polissage final.

Photos avec flash :

Petit hors sujet : le support de marchepied d'aile est, je pense, d'origine, on voit encore les cratères de rouille sous le chrome à l'intérieur :

 

Jeudi 19 avril 2018

Pour faire un boulot correct, j'ai dû me résoudre à enlever les joncs d'ailes, mais ils se sont déchirés et sont irrécupérables. Je dois donc en trouver de nouveaux, et de bonne qualité (conformes à l'origine en moleskine).

Le premier polissage de l'arrière est terminé ...

J'attaque le côté gauche directement au 1500 :

 

Vendredi 20 avril 2018

Travail de l'après-midi : dépolir jusqu'au 3000 tout le côté gauche (sauf l'aile qui a été faite l'année passée) : panneau arrière, avant de l'aile arrière, portière, la moitié de l'auvent et la joue d'aile avant. J'ai desserré l'aile afin de retirer le jonc, mais je n'ai pas fait la partie haute de la portière, déjà bien polie par mon "coude à la portière" (bonjour Christoph !), de plus cela m'aurait obligé à démonter la "flamme", et donc à démonter le panneau intérieur ...

 

Samedi 21 avril 2018

Polissage gros grain ...

 

Dimanche 22 avril 2018

Pas moyen de polir proprement les joues d'ailes sans écarter l'aile de la caisse, la tranche du disque en mousse touche la tôle perpendiculaire et la griffe !

Déboulonnage de l'aile ... et cela marche nettement mieux :

Je refixe l'aile provisoirement et sans serrer (je devrai replacer de nouveaux joncs quand tout sera terminé) après avoir passé les zones aile/joue d'aile à la pâte à polir fine car je dois bouger la voiture pour traiter le flanc droit, le garage (encombré) est trop étroit :

Là j'ai assez de place pour travailler :

Desserage de l'aile, retrait du jonc, démontage du phare , je suis prêt pour la suite !

 

Lundi 23 avril 2018

Photos en gros plan des défauts dans l'aile droite (et il y en avait de semblables un peu partout sur la carrosserie) : les traces de ponçage de l'apprêt cellulosique qui apparaissent sous le noir polyuréthane :

Au niveau de l'auvent, peu visibles à un mètre : , mais très visibles de près : , cela semble être une réaction de l'étain présent en grande quantité à cet endroit , et je n'en avais pas rajouté là lors de la restauration ...

Heureusement le ponçage (ici jusqu'au 2000, le 3000 sera pour demain) semble faire disparaître ces "rejets" : , ainsi que sur l'aile : , merci au peintre de 1993 qui n'avait pas lésiné sur la couche de peinture !

 

Mardi 24 avril 2018

Tout le côté droit est maintenant poncé jusqu'au 3000, il ne reste plus à poncer que la housse de roue et la calandre ...

 

Jeudi 26 avril 2018

Polissage du côté droit ...

et maintenant c'est l'aile droite qui brille plus que la gauche (pleine de poussière) : .

Les défauts sur l'auvent ont disparu :

Moitié avant de portière polie , toute la portière, je suis presque au bout du ... premier polissage !

 

Vendredi 27 avril 2018

Fin du polissage "Stage 1" du côté droit :

La housse de roue a aussi de sérieux défauts. J'avais terminé par elle en 1993, et (sentant l'écurie ...) j'ai dû bacler le ponçage de l'apprêt, car les rayures sont vraiment fort visibles :

Ici elle est poncée jusqu'au 3000 :

et enfin polie :

Demain (si tout va bien) j'attaque le polissage au grain fin, "stage 2" ...

 

Samedi 28 avril 2018

Polissage final "stage 2" (la nenette est là pour enlever la poussière avant polissage) :

La moitié gauche est faite, à cette distance on voit peu de différence mais de plus près l'amélioration du polissage est flagrante :

Ici le capot droit est fait, le gauche pas encore :

 

Lundi 30 avril 2018

Polissage fin(al) du côté gauche :

Et de la housse :

 

Mardi 1er mai 2018

Aujourd'hui je cire ... . La notice précise qu'il faut humecter la petite éponge rouge, et étendre la cire en "larges mouvements circulaires" sur la peinture. Laisser sécher une quinzaine de minutes, puis essuyer avec la lingette microfibre fournie. C'est tout simple et pas très fatigant, mais au bout d'une voiture entière on sent bien ses bras !

L'arrière étant "ciré", je remonte la poignée de spider, le caoutchouc de la goulotte d'essence, la roue de secours et sa housse, cela fait de la place dans le garage ...

Et je termine par l'avant :

 

 

Lundi 7 mai 2018

Il reste quelques bricoles à peindre pour améliorer la "conformité" de la voiture, supports de phares, supports de marchepied d'aile. Mais ... l'aile gauche présente depuis des années une fêlure dans la peinture près de la joue et au milieu, probablement quelqu'un qui s'est appuyé dessus et elle a dû faire "blong ... blong" puisqu'il n'y a pas d'enfoncement. J'avais masqué cela au pinceau à retouche, mais maintenant à côté du reste cela se voit comme le nez au milieu de la figure ! Donc au boulot ...

Ponçage jusqu'à la tôle, un chouia de mastic de finition pour rattraper l'épaisseur, et apprêt garnissant, puis ponçage (petits travaux faits vendredi passé) :

Hier j'ai passé quelques fines couches de noir mat : , ainsi bien sûr que sur le support de marchepied déchromé : , et les supports de phares :

Et aujourd'hui ponçage un peu plus large que la retouche afin de ne pas avoir d'escalier, et masquage encore un peu plus large toujours pour la même raison :

Et puis, tant que j'y suis et pour "rentabiliser" la bombe de vernis bi-composant dont la durée de vie n'est que de 24h seulement lorsque le mélange est fait, j'ai poncé aussi le support de plaque pour le vernir afin qu'il soit aussi joli (et résistant) que le reste ! .

Vernis sur les deux faces du support de plaque et sur l'aile :

et vernis sur les petites pièces ...

Mince, c'est maintenant le feux arrière qui va faire tache, je le ponce rapidement et lui applique aussi du vernis : ,

d'ailleurs cela fera du bien au matériau translucide de l'éclairage de plaque qui semble (mal) vieillir comme certains volants Quillery :

 

Dimanche 13 mai 2018

Petit problème : j'ai parfaitement réussi la retouche en noir et le vernis sur l'aile avant gauche, aucun défaut sauf que ... le noir n'est pas noir ! J'ai utilisé ici une bombe Motip de noir mat, achetée en même temps que le vernis bi-composant. Lors de la retouche au coin inférieur droit du spider en mars 2016 j'avais utilisé une bombe de noir "produit blanc" (!) du brico du coin, et je n'avais pas eu de problème de teinte. Et pour les capots, j'avais fait préparer une bombe de noir directement avec durcisseur par facilité, je suppose qu'ils l'avaient chargée avec du RAL 9005 et là non plus pas de problème, les retouches étaient parfaitement invisibles.

Mais ici, c'est la catastrophe, sous le brillant impeccable on voit parfaitement le trapèze retouché : .

(Pour les supports de phares et le support de marchepied cela ne se voit quasiment pas, et ils resteront ainsi ...)

Bon, faire et défaire c'est toujours travailler, je vais racheter une bombe de noir bien noir, et une de vernis, et reprendre ce travail. Mais pas de chance, le magasin fait le pont, je dois attendre lundi ...

En attendant, je pose les joncs d'ailes à l'arrière. Vrais joncs en moleskine achetés chez "Classic car parts", parfaitement conformes mais bien difficiles à poser correctement :

J'y ai aussi trouvé du profilé en U pour le tour de spider (réf 222829), malheureusement le "Catalogue des pièces détachées carrosserie 386" donne une longueur de 82 cm, ce qui est très insuffisant. Et je repars avec un échantillon pour le joint inférieur de pare-brise (réf 213040), celui de la voiture a rétréci en 25 ans. L'échantillon semble convenir, je retournerai au magasin lundi prendre les bonnes longueurs.

Et pour avoir une finition correcte pour le marchepied d'aile, je le repose avec un morceau du joint U, même si ce n'est pas "d'origine" (pas vu en tout cas dans les catalogues), c'est plus joli comme cela ...

Pose du jonc d'aile sur l'aile avant droite (nettement plus facile qu'à l'arrière), et repose du support de phare, en essayant de ne rien griffer :

Tiens, une petite fille de tracab est venue se garer pile devant le garage (et on la voit dans le reflet sur l'aile des photos précédentes)...

Remontage du phare droit, mais avant (et comme d'habitude) suppression des vilaines protections plastiques des cosses pour les remplacer par de la gaine thermorétractable, ainsi Alain Quinze dormira mieux ...

Et un sérieux nettoyage du phare et de son verre qui en avaient bien besoin :

 

Lundi 14 mai - Vendredi 19 mai 2018

Dernière ligne droite, nous avons décidé d'aller chez Mamar dimanche prochain, mais il y a encore du boulot. J'ai "repris" l'aile gauche pour faire une nouvelle retouche avec un noir bien noir, du Motip brillant que je vais poncer, vernir, poncer et polir. Mais les problèmes s'accumulent : pour commencer, je reponce la retouche vernie et applique le Motip noir brillant, catastrophe, la peinture Motip mate (et trop claire) que j'avais appliquée précédemment frise, mauvaise réaction entre deux bombes de même marque !!! Pas d'autre solution que de tout re-décaper complètement ... Application du noir Motip brillant, de nouveau trop clair ! Il me reste heureusement un peu de noir "produit blanc" que j'avais utilisé en 2016 pour le coin inférieur droit du spider, j'en passe quelques couches bien chargées sur le Motip brillant (reponcé), et enfin pas de réaction désastreuse et un noir parfaitement raccord. Ponçage, vernis, reponçage, lustrage, c'est enfin OK ... et j'en ai marre !

Il reste à remonter l'aile, reposer le jonc neuf, remonter le phare, le pare-chocs arrière, le support de plaque, recâbler les feux, etc. etc.

Vendredi, la voiture est enfin prête, graissage, vidange, vérification des niveaux, pression des pneus, nettoyage de l'intérieur, nous partons demain matin ...

 

Vendredi 1er juin 2018

Pressé par le temps, j'avais un peu bâclé la pose des joncs au niveau des pointes d'ailes ...

Sur les conseils avisés d'Alain "Alaquinz" et de Michel "LR539" du GMT, j'ai amélioré dans la mesure du possible cette finition. Alain préconise l'introduction de fil de cuivre dans le "tube" afin de le rigidifier pour faire le contour de la pointe, car il n'y a (heureusement) pas de (moche) sabot d'aile en 38. Michel suggère de couper le tube un cm avant la fin du jonc pour le replier convenablement. Problème : comment couper le tube à l'intérieur de la moleskine ? J'applique donc la méthode d'Alain, avec du fil de fer de clôture (parce que j'en ai dans le garage !) ...

Petites photos "avant-après" :

Avant gauche :

Arrière gauche :

Avant droit (malheureusement j'avais coupé trop court, et cela se positionne moins bien) :

Et arrière droit (idem ...) :

Bon, cela n'est pas parfait, j'hésite à appliquer une méthode radicale proposée par un membre du forum GMT, consistant apparemment à coller l'aile sur la caisse et ensuite coller uniquement le tube du jonc à la jonction des deux (et pour "parfaire le travail" on peint ensuite tout le bazar) ... Non, pas de panique, je ne suis pas (encore) tombé sur la tête, c'est pour rire !!!

 

Retour

 

Nombre de visiteurs :