"Nouveau" train arrière

 

14/06/14 15/06/14 18/06/14 19/06/14 20/06/14 21/06/14 10/08/14 13/08/14 21/01/16 25/02/16 26/02/16 15/10/16 16/10/16 18/10/16 19/10/16 27/10/16 30/10/16 01/11/16 02/11/16 14/11/16 15/11/16 18/11/16 28/01/17 29/01/17 31/01/17

 

La page du catalogue pour comprendre ce qui suit ... :

 

Samedi 14 juin 2014

Lors de l'achat de l'épave du cab en 1989, Jean Piquemal, que j'avais contacté à l'époque, m'avait prévenu que la voiture étant restée sans ses roues dans un sous-bois entre fin 40 et début 70 . Son essieu arrière devait être irrécupérable, ou même peut-être définitivement enterré en Lot-et-Garonne. Son acquéreur suivant, Aude Bagoé, avait donc monté un ensemble traverse tubulaire essieu cruciforme légèrement plus récent. Mais il présente quelques différences plus ou moins subtiles ! Par exemple, la coque de ma voiture possède bien les "butées d'essieu (caoutchouc moulé sur tôle) fixation sous caisse" ref 221.449, mais l'essieu cruciforme est postérieur et possède les "butées de caoutchouc de débattement sur essieu" réf 421.363. Son profil en tôle soudée est aussi différent de celui de 38 .

Bref, cela fait désordre, et comme je suis un malade de l'origine, cela me dérangeait ...

J'ai donc profité d'un voyage à Clémont chez le spécialiste 5HP Dominique Laureaut avec l'ami André pour faire un petit détour par chez Bernard à 40 km de là, où il y a beaucoup de merveilles à admirer, et récupérer un train arrière complet plus conforme, merci Bernard et Davy.

L'objet de mes désirs :

chargé dans la remorque d'André :

Bernard nous accueille avec sa sympathie habituelle, et nous fait visiter ses garages de rêve ...

Un délicieux rosé avant de repartir, heureusement André ne boit pas, car 500 m plus loin de petits hommes en bleu lui faisaient souffler dans le ballon !!! Pas de chance il était au moins à - 0,5 g, ils en sont restés pour leurs frais, bien fait pour eux ...

Merci encore Bernard pour ton accueil !

 

Dimanche 15 juin 2014

Dimanche soir, après ce voyage plein de souvenirs que je relate par ailleurs, on décharge cette magnifique pièce dans le garage devant le cab, il ne faudra pas traîner à le démonter, il gêne un peu !

 

Mercredi 18 juin 2014

Mercredi, début du démontage. Malgré un aspect quelque peu ... rustique, tout cela est comme neuf. Avec quelques rasades de WD40, de bonnes clés et du soin, tout se démonte comme en 38.

Et comme d'habitude, je classe soigneusement jusqu'à la moindre goupille ... Je crois que je vais même récupérer les Timken parfaits, ils sentent tellement bon ...

La cerise sur le gâteau :

 

Jeudi 19 juin 2014

Toujours avec beaucoup de précautions, les raccords hydrauliques et les fixations du câble de frein à main se dévissent sans difficulté ...

Même les cylindres récepteurs vont très probablement reprendre du service, après honnage, changement des coupelles et des pare poussière...

Je suis heureux, j'ai de nouveau les mains bien noires, cela faisait trop longtemps !

 

Vendredi 20 juin 2014

Un peu de délassement en ce vendredi soir, je suis curieux de voir à quoi ressemble un cylindre récepteur de 38 délaissé depuis ... longtemps probablement ! (j'ignore depuis combien de temps cet essieu arrière n'a plus été utilisé, mais cela ne date pas d'hier ...)

Il présente très bien, sur l'établi fraîchement nettoyé :

Démontage des pare poussière, assez gonflés mais sans trace de fuite de liquide :

Les pistons sont gommés par la vieille huile, ils ne bougent pas "au pouce" , mais ne semblent pas oxydés

Démontage des vis de purge, sans forcer elles sortent facilement :

Une douille de la bonne dimension dans l'étau, et voilà les pistons simplement un peu gras :

Nettoyage au white spirit et à la brosse en nylon, en 1/4 d'heure tout est comme neuf !

Même pas besoin de honnage, un peu de toile émeri fine avec de l'huile dans le cylindre, aucune trace de piqure d'oxydation ...

Il n'y aura qu'a changer les coupelles (malgré tout en assez bon état), et les pare poussière :

Qu'en conclure ? Que les refabrications actuelles ne sont vraiment pas de la même qualité, et que dorénavant je n'achèterai que de la pièce d'origine !

 

Samedi 21 juin 2014

Comme l'a précisé Davy sur le forum GMT :

"Pour information, le train AR provient de cette auto. Selon les dire de son ancien propriétaire elle avait été arrêtée à cause de l'achat d'une autre traction plus spacieuse et non à cause d'une casse quelconque, cela peut donc expliquer le bon état des pièces. La 7 a alors servi de banque de pièces mais seules 2 roues, la pompe à essence et l'allumeur ont été prélevés. Le moteur (de 35) et la boite de vitesse de cette auto sont eux aussi en très bon état ! Sachant que ce moteur au vu de son état a de forte chance de finir dans un autre cab."


Il s'agit donc d'une 7C probablement début 39. Les super grosses pointures pourront probablement (?) préciser s'il y a des différences entre un train arrière 11BL mai 38 et 7C début 39 ... En tout cas ma voiture en est déjà enchantée !

Comme elle l'est assurément de sa mécanique Corrézienne du 16 mai 38 ...

 

Dimanche 10 août 2014

Le dimanche est fait pour se reposer, alors j'en profite pour délaisser les interminables travaux de la maison et avancer un peu le démontage du train arrière ...

Pour commencer, j'attaque le démontage des écrous 420 821 sur la "douille arrière de fixation de traverse" 421 025. C'est la "première disposition" d'après le catalogue des pièces détachées, et cet écrou est accessible de l'extérieur par un orifice (fermé par un bouchon en caoutchouc) dans le bas de caisse sous la pointe avant des ailes arrières. J'avais ce même montage sur ma 11BL39, mais pas sur ma 11B familiale 39, la modification doit probablement se situer peu avant guerre.

Je trouve ce montage bien plus pratique que la "deuxième disposition" avec "l'axe TH de fixation AR de traverse" 421 356 (se vissant dans un écrou prisonnier sur le longeron interne) qui doit se démonter sous la voiture vers l'intérieur, et nécessite donc la dépose des bras avec l'essieu cruciforme pour pouvoir sortir ensuitela traverse tubulaire. Dans la première disposition, on peut sortir tout le train AR (traverse, bras et essieu cruciforme) en une pièce après avoir déposé les 3 fixations de chaque côté ...

De toute manière, Bernard ou Davy ne se sont pas cassé la tête, et j'ai hérité de morceaux de soubassement de la 7C "donneuse" , c'était plus facile que de démonter par l'orifice du bas de caisse cet écrou et la douille qui sont souvent fort rouillés. La clé spéciale 2050-T (que mon ami Michel m'a fabriquée vers 1990 ...) ne sera pas nécessaire ici, et je peux y aller avec ma grosse clé à molette Facom ...

Coome je m'y attendais, l'écrou est resté "soudé" sur la douille qui, elle, s'est gentiment dévissée de l'"écrou rond" 420 939 qui est resté solidaire (il est serti en 3 points) du bras de la traverse tubulaire

Pareil pour l'autre côté : et voici les douilles avec leurs écrous :

Ils prennent un bain d'acide chlorhydrique, et ressortent sans rouille : . Il faut brosser immédiatement à la brosse en fer sur perceuse, faute de quoi cela s'oxyde rapidement en surface ...

Mais les écrous restent bien bloqués sur les douilles, je devrais les chauffer mais mon oxypack 3000 est en panne de gaz et d'oxygène ... Il faudrait que je passe avec mes bouteilles au Castorama de Leers, car en Belgique on ne trouve plus rien ... En attendant, ils prennent un bain de WD40, on ne sait jamais ...

Cela me fait de la peine de jeter ces morceaux de la généreuse 7C, je les ai rangés dans mon cimetière !

J'attaque ensuite le tambour droit. Il est (légèrement) bloqué, mais j'en viens à bout. . Photos pour mémoriser le montage "d'origine" (position du ressort notammment)

Aucun risque que je fasse mettre des garnitures rivetées ! Et le tambour est un peu strié ... Rangement dans des petits sachets ...

Le cylindre récepteur est encore plein d'huile qui sent bon (c'est un avis personnel) ... Les pistons ne sont que légèrement gommés, ils sortent facilement à l'étau avec de bonnes douilles :

Juste un bon nettoyage , et j'obtiens cela : . Cylindre et pistons intacts, juste les coupelles et pare poussière à changer. Je ligature et emballe en attendant ...

Ensuite démontage des flasques, sans aucune difficulté. C'est presque comme neuf ... !

Cela commence à se dégager ...

 

Mercredi 13 août 2014

 

Arrosage copieux de WD40 ...

Démontage des flexibles, les écrous sont assez grippés mais cela finit par sortir ...

Les câbles de frein à main sont évidemment HS, mais ces pièces sont à récupérer :

Je ne me souviens plus si ces raccords sont fournis avec les flexibles neufs, je les desserre mais les laisse en place en attendant :

J'attaque la barre de triangulation. Les écrous se dévissent sans (trop de) difficulté, ceux d'extrémité sont goupillés. Je desserre l'intérieur pour le dégripper, puis je le remets en place pour conserver le réglage ... Il faut commencer par ces écrous là, afin d'éviter que la barre ne tourne , et en deuxième lieu défaire l'écrou près de la fusée gauche, également goupillé :

 

Jeudi 21 janvier 2016

Après presque un an et demi d'arrêt (mais la voiture roule très bien avec son essieu anachronique ...), petit voyage samedi passé au Castorama de Hellemmes (Lille), où l'on trouve encore du gaz kyrène et de l'oxygène pour mon chalumeau Oxypack 3000 ... Dans notre plat pays, que dalle, et le fabriquant l'Air Liquide m'avait joyeusement annoncé que ce produit n'était plus suivi !

Donc reprise des travaux, et pour commencer démontage des écrous 420 821 des douilles AR de fixation de traverse 421 025 (jusque mars 46) ...

Après un nouveau bain à l'acide et un bon brossage, les pièces ressortent ... acceptables :

 

Jeudi 25 février 2016

Un peu en chômage technique en attendant sablage et réfection de bagues et d'axes sur la boîte de la 5HP C3 1924 d'André, je me repenche sur ces pièces. Nettoyage final des magnifiques cylindres récepteurs Citroën, et je commande par mail ce jour à 15h31 des coupelles et des pare-poussière auprès de José Franssen ...

Honnage léger et délicat des cylindres, juste pour se rassurer car ils sont comme neufs :

 

Vendredi 26 février 2016

Ce matin, 19h après mon mail, je reçois les pièces commandées ! Bravo José Franssen et son équipe pour l'efficacité ...

Remontage donc, après un ultime nettoyage, soufflage, et une très fine couche de peinture haute température (800°) cuite au décapeur thermique. Ces cylindres ne rouilleront plus (à l'extérieur ...) avant un certain temps ...

Et remontage définitif avec la graisse qui convient :

Emballage et rangement, en attendant de pouvoir poursuivre le démontage de l'essieu dès que j'aurai la place ...

 

Samedi 15 octobre 2016

Reprise du travail sur cet essieu, maintenant que j'ai récupéré le tiers de mon garage occupé depuis avril 2012 par le moteur d'André ...

Pas encore nettoyé le sol, je vais encore faire des saletés ! . J'ai dévissé le palier gauche : , mais ce n'est pas suffisant pour libérer la barre de torsion du palier central :

Devant l'immobilisme total de la barre dans le moyeu extérieur (malgré le chalumeau) , je décide de démonter tout ce qui est possible afin de pouvoir chauffer efficacement le moyeu :

Je sacrifie bien évidemment les silent-blocs qui seront remplacés ...

Cela commence à se dégager vers le centre : , et je peux enfin sortir le fameux essieu cruciforme en une pièce d'acier (et non en tôle soudée avec semelles) et sans butée caoutchouc, correct pour 1938. Et l'ensemble sera moins lourd à manipuler ... seul !

Là j'ai sorti le silent-bloc extérieur (ce sont des 421.216 - ou 441.584 ? - de 34 mm de long, avec rondelles de friction 421.215 de 5mm d'épaisseur), et coupé sa bague intérieure en trois morceaux à la tronçonneuse afin de pouvoir la sortir (sans rien amocher, l'écrou se visse toujours librement) : .

La rondelle de "friction du moyeu" 421.215 et l'écrou 420.967 , et le silent-bloc massacré (la bague extérieure est évidemment restée serrée dans le palier) ...

Copieuse rasade de WD40 dans le moyeu, sans beaucoup d'espoir que cela pénètre dans les cannelures ...

 

Dimanche 16 octobre 2016

Alain est venu me donner un coup de main très bienvenu, et pour faire bonne mesure, avec sa très belle 11AL36 !

A deux, et avec la bonne masse qu'il a apportée, nous venons enfin à bout de la barre de torsion droite entamée hier. Elle est rentrée suffisament dans le moyeu pour pouvoir la dégager du palier central ...

Malgré mes craintes, les cannelures (ici grossièrement nettoyées) semblent intactes : . L'extraction complète se fera à la presse ...

Les boulons de l'outil MR-1578 (aimablement prêté par Georges "Brusseleir" du forum GMT) sont tellement serrés (afin que l'outil ne glisse pas) que Alain doit se mettre debout sur la barre afin de pouvoir les desserrer ...

Avec l'expérience, après un démontage de tous les éléments dans le chemin et un nettoyage des cannelures du moyeu, la barre gauche sortira relativement facilement ...

Voilà enfin la traverse tubulaire dans sa splendide nudité : , les paliers et les sachets de visserie et autres petites pièces : ; les bras, barres avec moyeux et leviers de réglage : .

Sur l'essieu cruciforme avec son profil particulier différent des plus récent, une (des deux) "plaque de butée d'essieu" (422.034) sur laquelle vient buter (évidemment) la "butées d'essieu (caoutchouc moulé sur tôle) fixation sous caisse" (221.449) . Ces butées sont présentes sur la coque de ma voiture, et cet essieu cruciforme conforme (!) pourra maintenant être buté convenablement ...

L'outil MR-1578 a souffert esthétiquement, désolé Georges ! Cela dit, il est toujours opérationnel ...

Reste maintenant à trouver une presse pour sortir les barres de leurs moyeux. Ensuite, sablage, zinguage, peinture et remontage, je ne suis pas encore sorti de l'auberge !

 

Mardi 18 octobre 2016

Photo pour me souvenir que le côté biseauté du silent-bloc (correspondant au biseau de l'écrou 420.967) est vers l'extérieur du palier ...

Pour extraire la bague externe du silent-bloc, sciage prudent sans entamer le palier : , puis quelques coups sur la bague à l'aide d'un burin, et cela sort sans résistance :

 

Mercredi 19 octobre 2016

Toutes les bagues sont extraites : , et les différentes pièces prennent un bain de dégraissage ...

 

Jeudi 27 octobre 2016

Test de décapage à l'acide chlorhydrique (HCl), c'est concluant (comme d'habitude) et nettement plus joli que la pièce du haut non traitée ...

Levier de réglage des bras 420.918 :

Je vais demander à Michel de me refaire un écrou H crénelé de 12x175 , hauteur 12 mm : j'ai dû couper l'autre au Dremel en raison d'un filetage foiré ...

 

Dimanche 30 octobre 2016

Suite du décapage et brossage des pîèces :

Tiens, Alain vient me dire bonjour ! , et assiste au passage de la peinture galvanisante : .

Il repart dans la nuit maintenant précoce ... en trombe !

Cela sèche ... et c'est sec !

Et comme il manquait les deux "contre-écrous" 421016 des bielles de réglage, Michel m'en a refabriqué des plus vrais que nature (M16x150 hauteur 15 mm, mais 23 mm entre pans au lieu de 24 mm pour les écrous "modernes" ...) !

"The" machine :

Un "vrai" : et les nouveaux ...

Et aussi le nouvel écrou H crénelé 2674-S (M12x175 hauteur 12 mm, 21 mm entre pans) :

 

Mardi 1er novembre 2016

Décapage à l'acide, brossage, peinture ... et ce n'est pas fini !

 

Mercredi 2 novembre 2016

Deux (mon tupperware étanche n'est pas très grand ...) paliers juste sortis de l'acide chlorhydrique et rincés : , brossés :

Protection de l'alésage des silent-blocs avant peinture : , galvanisation, et les deux autres pas encore traités ...

Et les 4, traités et galvanisés :

 

Lundi 14 novembre 2016

Encore de petites pièces à dérouiller, brosser et galvaniser (la peinture noire viendra après ...) :

Les raccords des tuyauteries de frein (comme ici le raccord en T fixé sur la traverse tubulaire) ne seront pas traités à l'acide, mais brossés et ensuite traités au convertisseur de rouille : .

Là je me demande si c'est récupérable : la fixation "souple" d'échappement sur traverse tubulaire est tordue et très rouillée, je vais tout de même essayer de démonter sans rien casser : . C'est redressé : . Je ne pense pas récupérer les "plaquettes élastiques" 321078 , mais j'arrive à les raplatir en les trempant dans l'eau bouillante puis en les laissant sécher sous des poids :

Tout est dérouillé à l'acide et brossé : , le raccord de frein passé au convertisseur :

Puis peinture galvanisante et réassemblage en attendant la peinture noire : . Belle petite vis à chevrons ...

 

Mardi 15 novembre 2016

Récupération des "Raccords de connexion de roues" (les intermédiaires entre les conduites de frein rigides et les flexibles) en mesure américaine. Actuellement on trouve des flexibles dont la sortie est directement en 11,11 mm (7/16", quel système d'unité débile !), mais ... ce n'est pas d'origine !. Surprise, il y a trois modèles différents, mais les filetages sont identiques : . Les raccords seront brossés et traités au convertisseur de rouille (je me méfie quand même de l'acide pour les pièces d'hydraulique !) . Et je ne compte (quand même !) pas récupérer cela ...

Je passe ensuite à la barre de triangulation 421008. La rondelle 415014 était restée collée sur l'essieu par la rouille, je la récupère car ... "Ne fournissons plus" ;) ... .

Démontage de l'extrémité latérale : et centrale : .

Je prends la mesure de la position de l'écrou avant de le dévisser : 75 mm de filetage libre après l'écrou, environ 15 mm avant ...

Avant nettoyage du filetage (le reste sera sablé) : et après :

Tout cela va passer dans un bain d'acide très bientôt ...

 

Vendredi 18 novembre 2016

Les raccords hydrauliques nettoyés (à l'essence et écouvillon), brossés et traités. J'hésite à les réutiliser, ils sont dépareillés et l'un a un diamètre de passage de liquide inférieur aux trois autres, :

Les petites pièces de triangulation et les écrous de raccords hydrauliques 550919, traités à l'acide et brossés : , galvanisés :

Les écrous 550919 ("made in USA" probablement) sont vraiment forts attaqués par la rouille au niveau des filetages. La qualité Lockheed ne vaut pas celle de Citroën ! A changer donc :

En bas les nouveaux écrous 421016 usinés par Michel (il en manquait deux), et un écrou H 12x175 de fixation d'amortisseur (pour remplacer celui foiré et découpé). Je pourrais bien entendu trouver ce genre d'écrou dans le commerce, mais en général ils ne sont pas identiques ni en hauteur ni en largeur ..., . Remontage provisoire avant la peinture noire ...

 

Samedi 28 janvier 2017

Dégrippage des "escargots" au WD40 ...

 

Dimanche 29 janvier 2017

Le WD40 ne suffit pas, je chauffe donc les têtes des vis de réglage (légèrement pour ne pas détremper les rondelles Belleville coniques 619052) ... puis refroidissement brutal au WD40, et c'est dégrippé ...

Finalement cela se passe assez facilement pour les 4 cames . Petits coups de lime sur les têtes hexagonales pour supprimer les traces de dérapage de clé (à molette probablement) de mécanos peu soigneux ...

Et puisque je me suis habillé "sale", j'attaque le nettoyage des tambours ...

D'abord le droit. Sortie du joint spi , du roulement (SKF 30206 made in France !) , de la vieiile graisse , puis dégraissage dans une bassine d'essence : . Nettoyage du chapeau de moyeu 37566 (jusque novembre 46) , légèrement différent du chapeau 431172 (hauteur 40 mm, depuis novembre 46 pour roue BM), et qui n'est pas creusé en son centre ... Ces tambours 421191 pour roues pilotes sont aussi légèrement différents des tambours 431273 pour roues BM au niveau des tocs de roues : .

Nettoyage du roulement, mais je pense que je les changerai par précaution ...

Idem pour le tambour gauche, plus rouillé intérieurement mais moins extérieurement . Après séchage :

Et voilà, tout cela va partir au sablage avant rectification bien sûr ...

Totalement inutile, coups de poinçon pour repérer le gauche et le droit !

 

Mardi 31 janvier 2017

Démontage des mécanismes de frein à main et des excentriques des segments. A gauche roue gauche, et à droite roue droite (!), côté extérieur ,

et intérieur où l'on remarque une équerre de renfort sur les segments garnis à moitié (et qui se placent à l'arrière) : .

Démontage des biellettes côté droit : , le trou de l'axe dans le segment est fortement ovalisé : . Vu côté intérieur avec l'équerre de renfort : .

Démontage côté gauche, c'est un peu moins ovalisé :

Les segments tels qu'ils étaient montés : ,

et en les intervertissant de manière à monter les biellettes sur les segments dont les trous d'axes ne sont pas ovalisés, mais ceux-là ne sont pas renforcés ... .

Par ailleurs, le DR précise que les segments portent un coup de poinçon près des axes inférieurs, côté extérieur ...

Effectivement, les extérieurs : et les intérieurs : .

 

 

 

Retour

 

Nombre de visiteurs :