Tracab au 1/8è ...

 

23/10/18 26/10/18 28/10/18 30/10/18 31/10/18 05/11/18 11/11/18 26/11/18 29/11/18 02/12/18 03/12/18 04/12/18 09/12/18 11/12/18 13/12/18 15/12/18 16/12/18 19/12/18 20/12/18

 

Genèse du projet

Le 9 avril 2013, je reçois ce mail :

Bonjour cher Monsieur,

Je travaille pour la société ZZZ.
Nous sommes fabricant de modèles réduits à l'échelle 1:43 ème et nous souhaiterions reproduire une Citroën traction Cabriolet 11 BL 1938.
Mon travail consiste à retrouver les vrais véhicules afin de les photographier et de les mesurer en 3D.
J'ai vu sur Internet que vous possédez ce modèle.
J'aimerais vous demander si il sera possible de venir vous visiter pour prendre des photos et des mesures de votre voiture.
Nous vous remercions d'avance pour votre aimable assistance.

Surprenant ... et intense réflexion : si c'est pour un modèle réduit, OK, mais pas pour un modèle 1/1 !

Je réponds donc :

Bonjour,

cela ne me pose pas de problème, à condition bien sûr que ce soit pour réaliser une miniature et pas une réplique à l'échelle 1:1 !
Trêve de plaisanterie, contactez-moi pour prendre un rendez-vous, je vous recevrai avec plaisir.

Bien cordialement

Et je reçois immédiatement la réponse :

Bonsoir Mr Van Goolen,

Merci beaucoup pour votre réponse rapide.
Je souhaiterais venir vous voir le plus tôt possible. Dites moi quel serait le jour de la semaine ou du week-end qui vous conviendrait le mieux et je m'adapterai à vos disponibilités.
Le travail de photos et de mesures autour de la voiture ne prend que 2 ou 3 heures.
Afin de vous remercier de votre précieuse aide, nous nous ferons un plaisir de vous faire parvenir quelques miniatures de ce cabriolet. (pas d'echelle 1:1 à retirer au port d'Anvers, c'est bien noté).

Bien à vous

Nous convenons d'un jour ensoleillé pour pouvoir sortir Tracab du garage, et le 14 avril le très sympathique "Métrologue 3D" se présente pour le relevé. Nombreuses photos décapoté, capoté, et relevé tridimensionnel sur son ordinateur portable :

Je me suis permis de prendre quelques photos d'écran ... :

Et exemples (à plat) du fichier 3D résultant :

Mais je ne suis pas au bout de mes surprises : le métrologue m'annonce qu'en fait, s'il est bien question de réaliser aussi une miniature au 1/43è, l'idée initiale est d'en faire une au 1/8è destinée à être vendue hebdomadairement en fascicules sur environ deux ans ! Les intervenants impliqués dans ce projet sont nombreux, relevé, maquettiste, fabrication, commercialisation etc. Je n'en reviens pas !...

Il me demande aussi de réaliser des relevés sous la voiture ... Je contacte mon petit garagiste indépendant Citroën à deux pas de chez moi, qui accepte de nous "prêter" un pont un vendredi en fin de journée. Le 10 mai 2013 un métrologue collègue du premier vient donc faire un relevé exhaustif des dessous et de la mécanique de la voiture, un nombre impressionnant de photos ! Et il reviendra encore, d'assez loin en France, pour en reprendre ...

Au mois de septembre 2013, je suis de nouveau contacté par téléphone et ensuite par mail :

Monsieur Van Goolen,

Tout d’abord merci pour cet entretien téléphonique bien agréable. Comme je vous l’ai indiqué, notre projet sera construit sur la base de la qualité de finition de la DS21 Pallas actuellement en kiosque. Notre maquettiste en Chine, Monsieur XXX y travaille ardemment. En principe si le planning est confirmé, il devrait se rendre eu Europe fin septembre/début octobre avec une première maquette (hand sample) finalisée et venir vous rendre visite pour finaliser des éléments de détails, notamment au niveau du moteur et le soubassement du véhicule. Je ne manquerai pas de vous tenir informé dès que j’aurai un calendrier plus précis à vous communiquer.

Je vous remercie d’avance du temps que voudrez bien nous consacrer.

Je confirme évidemment ma disponibilité pour rencontrer le maquettiste chinois, et le prototype de la maquette ! Je reçois en retour :

Bonsoir Monsieur Van Goolen,

Pour vous confirmer que nous pourrons vous rendre visite le jeudi 26 septembre vers 11 h à Bruxelles (adresse exacte à nous communiquer) pour vous montrer l’ébauche de notre hand sample fait à partir des photos et du scan qui ont été réalisés sur votre auto. Notre ingénieur XXX pourra ainsi finaliser des points de détail en observant le véritable véhicule et bénéficier de vos conseils avisés. Nous viendrons donc soit en TGV, soit en voiture (je vous envoie les détails la semaine prochaine). J’accompagnerai donc Mme YYY, responsable de collection et XXX ingénieur maquettiste.

Dans l’attente de vous rencontrer ...

Le 26 septembre 2013, je reçois donc la visite de deux responsables d'une des sociétés impliquées dans ce projet, ainsi que le maquettiste chinois. Ce dernier ne parlant ni français ni anglais, est accompagné par une interprète russe parlant le chinois mais pas le français, et heureusement un peu d'anglais. Finalement ils n'ont pu venir en TGV, la maquette s'avérant trop volumineuse !

Nouvelle séance de photos, on me demande de sortir le cric et les manivelles. Je dois ensuite klaxonner, faire tourner le moteur, tout cela étant enregistré. J'ai invité mon grand ami Martin pour la séance, il est venu avec son pote Michel. Nous examinons la maquette et signalons quelques petits problèmes, mais dans l'ensemble c'est très réussi.

Je signale aussi les anachronismes de Tracab : pneus Michelin X et pas Pilote, clignotants ajoutés, boiseries de portière non peintes, section de l'essieu cruciforme, hauteur de la housse de roue, commande de clignotants, manomètre et thermomètre, volant Quillery accessoire d'après-guerre ...

Après un bon repas généreusement offert par nos visiteurs dans un restaurant proche, nous nous retrouvons à la maison devant le grand écran de la télévision pour visualiser un volumineux (1,2 Go) dossier numérique que j'avais préparé pour l'ingénieur maquettiste, reprenant des détails cachés de la structure de la voiture (coque, portières, fenêtre et mécanisme, sous-ensembles mécaniques, pneus Michelin Pilote et pas X etc.), ainsi que des extraits du catalogue carrosserie concernant les cabs, dans l'optique qu'à cette échelle la maquette puisse s'assembler strictement comme l'original ...

Toute l'équipe retourne ensuite dans ses pénates, apparemment satisfaite :

Bonsoir,

Nous sommes arrivés à 21:30, encore beaucoup de trafic sur la route. Mais nous sommes enchantés d'avoir partagé cette journée avec Martin et vous-même.
Un grand merci pour votre accueil que nous avons tous bien apprécié.

Je reste ensuite plus d'un an sans nouvelle. On m'avait demandé de garder la plus absolue discrétion sur ce projet, et je ne vois nulle trace d'annonce sur la toile. Le 24 octobre 2014 je me décide à écrire à la très aimable responsable du projet :

Bonjour chère Madame,

Voici plus d'un an que nous avons eu le plaisir de nous rencontrer à Bruxelles auprès de mon cabriolet Citroën 11BL 1938.
N'ayant plus eu de vos nouvelles depuis lors, je me demandais si le projet de maquette était abandonné, ce qui serait dommage au vu du magnifique prototype déjà réalisé par Mr XXX ...

Bien cordialement

Je reçois rapidement cette réponse :

Bonjour Monsieur Van Goolen,

Rassurez-vous la gestion est laborieuse mais avance pas à pas. Le lancement est prévu à l'été 2015. Un prototype en résine a été réalisé et présenté au musée Citroën. Voici les premières images en exclusivité et en toute confidentialité. Nous ne vous oublions pas et ne manquerons pas de tenir informés de l’avancement de ce projet. Et si nous nous faisons trop absents, n’hésitez pas à nous contacter.

En vous renouvelant nos remerciements pour votre précieuse collaboration,
Bien cordialement

Voici les images (diffusées publiquement ensuite) :

Et en effet, fin été 2015 j'apprends que la commercialisation a débuté le 6 août ...

Quelques remarques (je précise que je n'ai pas encore examiné avec attention les fascicules reçus, ils sont toujours sous emballage) :

* On m'avait bien demandé si j'avais un cab 11BL 38. Mais les fascicules annoncent un 39 ... Il y a pourtant pas mal de différences bien visibles (carburateur, chevrons, encadrement de sélecteur de vitesses, compteur etc.) entre les 11BL 1938 et les 11BL 1939. Les premières publications "test" (que je n'ai malheureusement pas) avaient le volant Quillery rouge de ma voiture, et le bon TdB avec l'encadrement de sélecteur de vitesses ovale qui sera remplacé en 1939 par un encadrement rectangulaire :

Cela a, malheureusement pour moi, été modifié dans les fascicules définitifs. J'essaierai probablement d'adapter les pièces, ou de trouver les fascicules test (2 et 4 je pense) ...

Je pense que, heureusement, le carbu horizontal et son filtre à air camembert sont présents, ainsi que les chevrons plats ... Pour les autres éventuelles modifications, j'ai le modèle sous la main !

* Je vais bien évidemment repeindre la coque en noir, et la mécanique avec le bon vert.

* De temps à autre je consulte les sites de maquettistes. Les commentaires, transformations et autres "améliorations" sont parfois assez rigolos (cela dit sans méchanceté, tout le monde n'a pas une connaissance approfondie des tractions, et encore moins des cabriolets ...), et il semble que personne (à part quelques amis proches connaissant bien ma voiture) n'a encore découvert d'où provenait le modèle grandeur nature. Tenu par la confidentialité, je n'ai jamais rien dit.

* Si j'en ai le courage, je mettrai cette page à jour au fur et à mesure du montage de la maquette

Petite remarque amusante au sujet du volant Quillery : lors de la fin de la restauration de la voiture en 1993, je n'avais en effet pas le centre correct pour ce volant. Pour "boucher le trou" j'avais confectionné une "pièce" en découpant un couvercle de pot de yaourt peint ensuite en bordeaux : , et l'ingénieur maquettiste a très soigneusement reproduit ce centre farfelu, ainsi que les baguettes décoratives de deux couleurs (je n'avais que celles-là), et la petite console avec la commande de clignotant sous le sélecteur de vitesses. J'avais bien tenté d'expliquer à l'interprète russe la non conformité de ces détails, mais nous n'avons pas bien dû nous comprendre !

En 2015, l'ami Michel A. (LR539 sur le forum GMT) m'a très gentiment offert un centre de volant Quillery d'origine (encore un grand merci à lui) ... .

 

Préambule

 

Je me suis installé un petit "atelier maquette" dans un coin afin de travailler sans risquer de perdre des pièces (les aspirateurs sont très voraces ici ...) : . Les travaux plus salissants (peinture etc.) se dérouleront dans le garage auprès de Tracab.

Je n'ai plus monté de maquette depuis ... très longtemps, et je ne prétends pas rivaliser avec les maquettistes chevronnés (!). Mon but sera de réaliser une maquette la plus conforme possible à l'original, éventuellement au détriment de gadgets électriques ou autres. Je ne vais pas relater toutes les phases du montage, des sites sont là pour cela (par exemple ici ou ).

Je détaillerai seulement les opérations de modification réalisées afin de corriger certaines erreurs ou anachronismes dûs au panachage 1938/1939. Devant repeindre les éléments de carrosserie bordeaux en noir, le montage ne se fera pas strictement selon l'ordre prévu par les publications (j'ai attendu d'avoir les 120 numéros avant de commencer), et donc autant que possible, les travaux de peinture seront rassemblés.

Mardi 23 octobre 2018

Je commence par le tableau de bord. Comme je n'ai pas trouvé les publications test, il va falloir opérer quelques modifications. La tirette de démarrage a été posée à la place du petit interrupteur d'éclairage du compteur en haut à droite de l'encadrement (malheureusement rectangulaire) du sélecteur de vitesse, et un gros trou est présent en bas à gauche de la boîte à gants, à côté du trou du boîtier de clé de contact ... Ces deux trous doivent sur cette maquette recevoir deux petits interrupteurs, l'un pour les lampes, l'autre pour le klaxon, mais ce n'est vraiment pas conforme :

Heureusement les deux tirettes (starter et démarreur) ne sont pas collées, et facilement détachables (et je peux ainsi les remettre à l'endroit, puisque le lettrage est présent !). Je rebouche donc au mastic (plus un peu de peinture bordeau) le "grand" trou à gauche de la boîte à gants (dont j'ai peint le fond en noir satiné), : , trou de 1,5 mm au Dremel, et repose du bouton de la tirette de démarreur

Il faut maintenant réaliser une reproduction du petit interrupteur d'éclairage de compteur. Un mince cordon de ligature (fil de fer de 1 mm gainé), agrémenté d'une touche de peinture argentée convient très bien, l'échelle 1/8è est respectée :

Le commodo bien réalisé, avec les inscriptions 0 V R : .

Le papillon d'ouverture de la trappe d'auvent, couplé avec la commande de clignotant et l'interrupteur du feu anti-brouillard arrière. J'avais signalé la non conformité de ces deux éléments au maquettiste, il a dû oublier ...

Quelques vues du TdB échelle 1/1 :

Et le résultat échelle 1/8è . L'encadrement du sélecteur de vitesse est une photo collée, comme le thermomètre et le manomètre à gauche. Loin d'être parfait, mais à cette échelle cela reste acceptable. Le minuscule interrupteur d'éclairage, dont j'ai recoupé la tige que j'ai ensuite peinte en argenté prend la place de la clé de contact.. J'ai aussi ajouté l'autocollant à l'intérieur de la porte de boîte à gants :

L'interrupteur des avertisseurs (merci Ronny de m'avoir précisé de quoi il s'agissait) débouche maintenant à l'arrière du TdB au travers d'un trou percé dans le boîtier de maintien. Ainsi cela reste fonctionnel, mais en conservant l'aspect authentique à l'avant ...

J'ai placé provisoirement le volant, je vais probablement faire réaliser une copie de mon Quillery au FabLab de l'unif ... ... et avec la tige du commodo en argenté, c'est mieux !

Dans le fascicule N° 5 est aussi prévu un correcteur manuel d'avance (pudiquement appelé "boîtier de commande" ...) à monter sur la colonne de direction côté gauche. N'ayant pas cet accessoire sur mon cab, je ne le monte pas ...

 

Vendredi 26 octobre 2018

Montage de l'habitacle, rien de compliqué. Je fais un premier montage pour voir comment cela se présente (quasiment tout est vissé dans cette maquette) :

. La pédale de frein commande un micro-switch pour allumer le feu stop :

Assemblage des sièges. Contrairement à beaucoup de maquettistes qui les ont recouvert de cuir, je garde la "housse" en caoutchouc qui à cette échelle donne un aspect suffisamment conforme :

Présentation sur le plancher :

Puis redémontage pour recouvrir les éléments de tissu "imitation tapis", indispensable celui-là :

 

Dimanche 28 octobre 2018

Montage du petit circuit électronique et du câblage destinés à l'éclairage et aux avertisseurs, rien de compliqué ...

Assemblage du compartiment moteur avec les conduites hydrauliques de freins. Ce sont de fins tuyaux en plastique noir, je les peins en argenté comme la couleur des conduites de Tracab (sur lequel je n'ai jamais monté les sortes de "ressorts" qui normalement entourent ces canalisations). Je n'oublie pas non plus les traits de peinture blanche (de la gaîne thermo rétractable) pour différencier les barres de torsion :

La tuyauterie d'essence n'est pas conforme vers l'arrière, elle est prévue sur la maquette pour se fixer sur un petit ergot sous le plancher au-dessus du réservoir : , au lieu de passer dans l'aile comme ceci (photo de mon ex 11B50, je n'en ai pas de similaire pour Tracab où le montage est identique) : .

Le tuyau d'essence étant trop court pour faire la boucle dans l'aile, je trouve un fil de ligature qui a exactement le bon diamètre, et le fil de fer interne me permet de l'emboîter correctement pour prolonger le tuyau fourni : : . Je le peins ensuite en couleur cuivre. Je perce deux trous de 1,5 mm dans la contre aile gauche pour y placer les deux clips de fixation initialement posés sous le plancher :

Montage de l'essieu arrière. Là aussi je peins les canalisations de frein en argenté, mais (à ce stade) il me semble que les flexibles entre les tuyauteries rigides (et leurs raccords) n'ont pas été prévus ... Je laisse donc une partie des tuyaux en noir, je verrai par la suite ce qu'il en est.

. Et toujours les traits de peinture sur les barres de torsion ...

 

Mardi 30 octobre 2018

Petite peinture "bleu amortisseurs Monroe" :

Le cheminement des canalisations de freins et la position du raccord à trois voies proposés dans le fascicule n'est pas correct. Photos de la bonne disposition sur Tracab, , et positionnement correct. Malheureusement les flexibles, leurs raccords aux tuyaux rigides vers le raccord à trois voies n'ont pas été prévus ...

Les ressorts fournis pour les amortisseurs sont beaucoup trop rigides, je pense que de plus souples ont été fournis par la suite, mais j'ignore dans quel fascicule. Je monte donc les amortisseurs provisoirement sans ressort ...

 

 

Mercredi 31 octobre 2018

Les flasques de freins AR, les raccords de cylindres récepteurs et les fixations des câbles de frein à main sur les flasques :

Les câbles de frein à main prévus ressemblent bien trop aux conduites hydrauliques de frein (même tuyau en plastique noir). Les tronçons sous le plancher n'étant pas sous gaine, je torsade soigneusement quelques brins de fil électrique pour les simuler :

Et les petits "V" pour empêcher les câbles de pendouiller :

Pose des compartiments avant et arrière sur le plancher : , cherchez l'erreur !

 

Lundi 5 novembre 2018

Montage du moteur. J'ai trouvé une teinte de vert assez proche du vert moteur 1938 que j'avais fait contretyper lors de sa restauration. Sur ce modèle, moteur, culasse, boîte de vitesses, dynamo, démarreur etc., tout est vert ...

. Démarreur : .

Ecran thermique de pompe à essence (en papier !) : .

Barbouillage argenté/noir pour simuler la fonte du collecteur d'échappement peint en peinture haute température :

La partie centrale des avertisseurs est en aluminium :

La pièce en noir sur le carter de distribution n'est évidemment pas le "graisseur de chaîne de distribution" comme mentionné dans le fascicule, mais le silentbloc d'appui arrière du moteur !

Fils de bougies branchés en 1-3-4-2 bien sûr ...

. Ecran thermique du carburateur (toujours en papier ...) : Les chevrons sont présents sur le conjoncteur/disjoncteur (et non pas régulateur) de la dynamo :

Photo de la plaquette du moteur, imprimée à l'échelle ! . A remarquer, la date 16 5 38 dans la fonderie du bloc : 16 mai 1938 ...

 

Dimanche 11 novembre 2018

J'ai séparé tous (enfin, je l'espère) les fascicules contenant des éléments de carrosserie bordeaux, et je les emmène au garage afin de repeindre en noir ces éléments. Mais il y aura aussi quelques rectifications à réaliser ...

Lorsque le maquettiste est venu en septembre 2013, mon porte-bagage Eyrem n'était pas encore restauré, et donc pas monté sur la voiture. Il se fixe sur les ferrures du pare-choc arrière, sans devoir percer quoi que ce soit, et certainement pas sur la carrosserie comme prévu sur la maquette !

Je fraise donc au Dremel ces vilaines protubérences : , passe une très fine couche de mastic de finition, poncée au 1000 à l'eau :

Essai de peinture sur les joues d'ailes bordeaux que je n'utiliserai pas (elles avaient d'abord été fournies par erreur en noir ce qui n'était pas "raccord" avec la carrosserie bordeaux. Elles ont ensuite été remplacées en bordeaux). Une première bombe de noir Motip pour voiture donne une teinte pas assez noire (j'avais eu le même problème pour les réparations sur la "vraie" au printemps), je vais donc chercher une bombe de noir RAL 9005 qui est parfaitement raccord avec le noir des ailes que je ne repeindrai pas ...

Perçage des capots en prévision des poignées, malencontreusement "oubliées" (?) par le maquettiste. Je me sens un peu responsable, j'aurais peut-être dû attirer son attention à ce sujet lors de sa visite le 26 septembre 2013, mais comme le prototype n'était pas encore définitif ...

La colonne de perçage Bosch offerte par un voisin est indispensable pour forer en sécurité avec une mèche de 1,5 mm, lentement et en lubrifiant abondamment ... .

L'écartement des trous à l'échelle 1/1 : 105 mm . A l'échelle 1/8 : 13 mm

 

Lundi 26 novembre 2018

J'ai horreur des travaux de peinture, quelle que soit l'échelle, et donc les travaux avancent très lentement ...

J'applique la même méthode que pour le modèle échelle 1 : peinture, ponçage au 1000, 2000, peinture, ponçage etc. : .

J'ai pu déposer les poignées de volets de capot, elles seront reposées avec une goute de colle après peinture :

Et quand le résultat est acceptable (bien lisse et sans poussière), ponçage final au 3000 pour obtenir cet aspect satiné :

Et enfin polissage avec un petit disque textile sur le Dremel avec les mêmes produits Autoglym que pour la grande ...

Cela brille assez bien , la texture du "bureau" se reflète dans la peinture :

 

Jeudi 29 novembre 2018

 

Les principaux travaux de peinture noire se terminent ...

Application du RAL 9005 en bombe : , ponçage 1000-2000-3000 : , polissage : .

J'ai loupé la portière droite (passé au travers du noir dans le bas !), donc reponçage et nouvelle application du noir ...

Mais en attendant que cette portière sèche, je peux (enfin) reprendre le montage dans mon petit coin "atelier maquette" ...

 

Dimanche 02/12/18

Suite des opérations ...

Pose du moteur et des ailes. Etrangement, le support de la roue de secours est constitué de 4 pièces et autant de vis alors qu'il aurait très bien pu faire partie intégrante de la carrosserie, mais les deux ailes arrières et la "tôle d'habillage" entre elles constituent une seule pièce bien qu'il eut été plus cohérent d'en faire trois ...

Le support de marchepied sur l'aile faisait partie des pièces rechromées lorsque j'ai acheté l'épave de Tracab en 1989 : . Mais cette petite pièce doit être de la couleur des ailes, j'ai corrigé cela sur la voiture en mai lors du polissage de la carrosserie, et j'ai donc aussi peint en noir le support au 1/8è ...

Les reproductions du bidon de liquide de frein et de la bobine sont absolument remarquables de précision :

Lors des relevés en 2013, la bobine Bosch haute puissance de Tracab n'était pas encore repeinte et faisait très "bling bling", je comprends qu'une plus discrète bobine SEV ait été préférée comme modèle :

Entretemps j'ai rendu la Bosch plus discrète, et je modifie en conséquence la SEV :

Les instructions de montage des câbles de batterie sont quelque peu farfelues, le pôle négatif sera à droite (près du tablier) et le positif à gauche dans le sens de la marche, même s'il n'y a pas de risque de court-circuit ici !

Les éléments de tringlerie de vitesses : . J'ai légèrement plié la tige de 2è et 3è comme elle l'est dans la réalité :

Le câble du starter est présenté erronément comme la commande d'accélérateur, qui, elle, est manquante. J'en fabrique donc une en très fin fil métallique :

Je repeins le (trop gros) tuyau noir du câble de starter en argenté :

Placement du radiateur :

 

Lundi 3 décembre 2018

L'arbre de direction est en trois parties (en prévision d'un défaut d'alignement ?) contrairement au "vrai" qui est d'une pièce. Il est prévu un joint de cardan entre les deux premières, jusque là tout va bien :

Une pochette de vis "CM" du fascicule 71 est vide, j'en récupère donc 4 d'anciens fascicules (il y a des vis en surnombre dans chaque fascicule pour les maladroits, mais jusqu'à présent je n'en ai perdu aucune) :

Assemblage de la crémaillère fonctionnelle mais un peu hors échelle :

Mais là, cela se corse car le moignon d'arbre sortant de la crémaillère n'a pas de cardan, l'assemblage avec les deux autres segments d'arbre se fait juste par une fourche : . Et comme il y a effectivement un léger désalignement dans DEUX plans il faudrait deux cardans, et en l'absence d'un deuxième c'est tout le boîtier en plastique (que j'ai peint en couleur aluminium) qui se déforme. Pas très mécanique mais pas grave, la maquette ne fera de toute façon pas le mont Ventoux ...

Placement des bras de direction :

Début du montage de la suspension avant et du berceau :

 

Mardi 4 décembre 2018

Suite du montage du berceau. Les ressorts des amortisseurs sont durs, mais si on les comprime à fond (dans les amortisseurs) on dépasse leur limite élastique et ils raccourcissent ! Il leur reste malgré tout encore assez de débattement pour simuler la suspension ...

A ce stade les pivots ne sont pas encore fixés aux bras inférieurs, mais les vis fixant les triangles supérieurs aux pivots sont trop longues (ou leurs logements dans les pivots pas assez profonds), surtout à droite. Le jeu est faible et je le rattrape avec une rondelle de papier fort, car le métal des vis est très dur à limer et il est presque impossible de forer dans les pivots.

Une fois le berceau en place on peut fixer les pivots aux bras inférieurs et aux barres de direction :

mais là le jeu est vraiment trop important :

Je trouve donc du câble électrique dont la gaine caoutchouc a exactement un diamètre interne correspondant aux vis, et je coupe quatre petits joints de rattrapage du jeu :

C'est beaucoup mieux ainsi, plus de jeu dans ce train avant (là c'est ma maniaquerie de tractionniste à l'échelle 1/1 qui a frappé !) : , et un petit coup de peinture noire, ni vu ni connu !

 

Dimanche 9 décembre 2018

Le matériau constituant la housse de dossier de banquette de spider présente un très beau grain imitant bien le cuir présent sur Tracab, dommage qu'il n'en soit pas exactement de même pour l'assise et la banquette avant ...

Les pièces d'articulation du couvercle de spider : qui est très réaliste avec sa poignée fonctionnelle :

Par contre les panneaux de porte sont en métal peint en bordeaux brillant : . Impossible de les laisser ainsi, j'envisage d'abord de passer un vernis satiné, mais un coup de papier à poncer 3000 à l'eau donne un excellent résultat, et c'est beaucoup plus simple !

Les vitres sont actionnées par la manivelle à l'aide d'un ingénieux mécanisme : . Le papier collant est fourni afin de ne pas griffer la vitre sur la vis :

Les portières s'ouvrent avec les poignées : , dommage les quatre vis de fixation des panneaux, des petits bouchons auraient été bienvenus (j'essaierai - peut-être - d'améliorer cela) :

Montage du pare-brise, et déception : il ne s'abaisse pas jusqu'à l'horizontale comme il faudrait sur un cabtrac qui se respecte : . Plus grave, avec la vitre posée il ne s'abaisse plus du tout ! D'ailleurs les poignées de déverouillage, une fois enfoncées comme mentionné dans le "pas-à-pas" le bloquent complètement, étrange ...

Je les recoupe donc et les colle, de toute façon elles ne sont absolument pas fonctionnelles (sauf à les enlever ...). Je plaque et colle ensuite le bas de la vitre contre son encadrement. Le pare-brise s'abaisse alors de nouveau comme précédemment, s'arrêtant avant l'horizontale. Mais deux petits coups de disque monté sur Dremel et bien ajustés sur les montants ont raison du récalcitrant :

J'ai peint en argenté les supports des caoutchoucs d'étanchéité qui doivent être chromés : . Il est d'ailleurs dommage que le cadre de pare-brise soit argenté et non chromé sur cette maquette, peut-être était-ce impossible à cause de la vitre ? Par contre les marchepieds de spider (en aluminium sur la vraie) sont chromés ...

Essuie-glace : et son moteur (peint, mais à repeindre) :

Pose de la calandre et des capots :

Et avec le moteur d'essuie-glace d'une teinte plus correcte, c'est mieux :

 

Mardi 11 décembre 2018

Le "bac à capote" est recouvert de moquette, je pose donc le même tissu que sur le plancher :

Pose du bac dans la carrosserie, et montage des premières parties de l'armature :

Instant décisif : mariage du plancher (et non "chassis" !) et de la carrosserie, sans problème particulier, tout s'ouvre et se ferme bien :

Le plus compliqué a été de raccorder la tuyauterie d'essence sur la pompe, et les tuyaux de freins. A ce sujet il manque le maître cylindre, il n'y a que le raccord à 3 voies. Pas grave, coincé entre le moteur et le jambonneau, il ne se voit pas (comme sur le modèle 1/1 d'ailleurs, ceux qui ont déjà dû travailler sur le maître cylindre d'une 7 ou d'une 11 légère savent de quoi je parle !).

 

Jeudi 13 décembre 2018

Suite du montage de l'armature. Elle reproduit vraiment bien la vraie :

Mais il y a une "bizarrerie" : l'arrière du bras supplémentaire arrivant sur le premier arceau n'est pas vissé, mais emboîté. Et l'explication est simple : tant qu'il est raccordé, il empêche la partie avant de l'armature de se replier convenablement :

Il est donc nécessaire sur cette maquette de le déboîter pour replier l'armature comme il se doit, c'est à dire complètement enfouie dans le bac :

Il n'y a évidemment (et heureusement) pas ce problème sur le modèle 1/1. Alors, erreur involontaire de cinématique ou impossibilité de faire autrement à cette échelle ? Mystère ...

 

Samedi 15 décembre 2018

Montage de la capote ... vraiment pas la partie la mieux réussie de la maquette (on dirait presque que c'est un autre maquettiste qui s'en est occupé). Les "rivets" (simulant les boutons-pression) ne tiennent pas bien (j'en ai perdu un), les trous dans la "boiserie" au-dessus du pare-brise ne sont pas en regard de ceux de la toile, l'encadrement de lunette arrière est très mal rendu, trop épais et de travers ... Bon, je n'avais pas l'intention de présenter la maquette capotée donc ce n'est pas trop grave.

Je la replie donc vite et pose la housse de capote (normalement en cuir), mais là non plus cela ne s'adapte pas très bien, elle est un peu trop grande et les "rivets" ne tiennent pas ... à revoir : .

Pose du support de plaque et du feu arrière, là c'est tout bon :

Pose des phares Cibié : qui me semblent trop hauts (et les "supports" chromés sont farfelus ...)

Vérification sur la grande : , c'est trop haut en effet, normalement il n'y a presque pas d'espace entre l'arrière de "l'obus" et l'aile.

Quelques coups de lime et de peinture noire sur les supports, c'est nettement mieux et change beaucoup la physionomie de la voiture ::

 

Dimanche 16 décembre 2018

J'ai laissé le montage des roues pour la (presque) fin, puisque je dois les repeindre en rouge. Après longue réflexion et analyse de photos de jantes "rouge pilote", j'ai opté pour du RAL 3003 qui me semble assez proche : , témoins ces enjoliveurs d'époque non repeints (photos empruntées à Jérome Collignon - avec son accord à postériori !) :

Trois couches dans le garage :

Je repeins ensuite en noir les pipettes de gonflage qui étaient passées en rouge :

Préparation de toutes les pièces, vis et autres rondelles (ces pièces ont été disséminées entre les fascicules du N°5 jusqu'au N°114, pratique !) : , et après ce travail à la chaîne bien organisé je peux procéder au montage sur la maquette : .

Je place aussi la ligne d'échappement, j'attendais que les roues soient posées afin de ne pas l'endommager :

Cela prend forme :

Peinture en noir mat de la face arrière des lames de pare-choc : , et pose :

Essai des phares : , du feu de position arrière (qui s'allume en surintensité lorsqu'on appuye sur la pédale de frein ...) :

Malheureusement la housse de roue de secours est incorrecte ! Lors de la visite du maquettiste en septembre 2013, je m'étais étonné de la housse (en trois parties) ne correspondant pas à 1938 : . Il m'avait été répondu que c'était sur les conseils d'un "connaisseur" (tu parles !) que le maquettiste n'avait pas reproduit la housse de ma voiture ... Je précisai alors que l'embouti à une nervure de la housse de ma voiture était correct pour 1938, mais que sa profondeur devait être de 173 mm sur un cabriolet.

Je suppose qu'un autre "connaisseur" a donné un nouveau (mauvais) conseil (ou bien les photos des relevés n'étaient pas assez précises), et la housse de la maquette présente deux nervures assez étranges : .

Voir ici, à gauche 1938 à une nervure, à droite 1937 à deux nervures rapprochées :

Je vais essayer de faire réaliser une housse conforme sur l'imprimante 3D du Fablab de l'unif , en plus du volant Quillery bordeaux de Tracab. Je vais aussi confectionner les bavettes d'ailles avant, ce ne sera pas très compliqué ...

Phares allumés dans la pénombre, le résultat est vraiment très réaliste, dès qu'elle sera achevée je ferai des photos de meilleure qualité, et dans un décor plus approprié ...

 

Mercredi 19 décembre 2018

Aujourd'hui je m'occupe des petits détails qui font la différence ...

D'abord fabrication des indispensables poignées de capot ...

A l'échelle 1/1 : .

Je fais un gabarit : que j'imprime ensuite à l'échelle 1/8è afin de donner la forme aux poignées dans du fil de fer de 1 mm :

Et je colle les poignées en place (dans les trous forés précédemment) à l'aide d'une goutte de cyanoacrylate :

Fabrication ensuite des non moins indispensables bavettes d'ailes, rectangulaires et perpendiculaires à la caisse sur les avant-guerre :

Le support (même fil de fer que les poignées) est fixé en profitant d'une vis de l'aile : . Bavette découpée à l'échelle dans du papier pas trop léger : , peinture noir mat et collage des deux faces : , on s'y croirait !

Avant de mobiliser les gros moyens du Fablab de l'ULB pour refaire une housse de roue conforme 1938, je vais essayer de rectifier celle fournie. Voici le modèle sur Tracab :

et la housse du fascicule 115 : .

Je "renforce" d'abord l'intérieur, au cas où je passerais au travers de la housse en ponçant la nervure :

Ponçage de la nervure extérieure (sans passer au travers !) :

Remplissage au mastic de finition de la gorge intérieure trop anguleuse :

Une première couche d'apprêt : et aussi à l'intérieur, même si cela ne se verra pas souvent :

Pas mal, et pas besoin du Fablab :

Assemblage :

Voilà qui ressemble nettement plus à une housse de cabriolet 1938, et le maquettiste a bien respecté la hauteur de 173 mm ...

 

Jeudi 20 décembre 2018

Assemblage du porte-bagage. Comme mentionné plus haut, sur cette maquette il est prévu de le fixer directement sur la coque, et pas (comme il faudrait) sur les ferrures de pare-choc :

Je l'ai simplement déposé ici, mais en bricolant un peu il y a probablement moyen de le modifier afin de le fixer correctement ...

Les derniers fascicules concernent le cric bouteille et les manivelles qui avaient été soigneusement relevés en septembre 2013 !

Et en bonus, une jolie malle, la sangle pour l'attacher au porte-bagage, et un tapis de sol en caoutchouc (j'hésite à le placer, je n'en ai pas mis dans Tracab, je trouve la moquette plus esthétique ...)

C'est presque fini, il reste à fabriquer le volant Quillery, mais ce sera pour l'année prochaine !

 

Et avec les plaques d'immatriculation de la grande, on s'y croirait :

Retour

 

Nombre de visiteurs :